Screenshot_20190922_185746_com.huawei.himovie.overseas

Leon Paez et Pauline Ferrand-Prévot nouveaux Champions du Monde

Les coureurs suisses ont été très mal récompensés de leurs efforts lors des Championnats du monde de VTT marathon à Grächen. Leonardo Paez est le premier Colombien à remporter le titre marathon en s’imposant devant le Tchèque Kristian Hynek et l’Italien Samuele Porro. Le meilleur Suisse a été Lukas Flückiger qui termine en huitième position. Chez les femmes, la Française Pauline Ferrand-Prévot réalise le doublé en remportant le titre marathon trois semaines après le titre en cross-country. Elle s’impose devant la Slovène Blaza Pintaric et la Sud-africaine Robyn de Grood. La Romande Ilona Chavaillaz termine huitième et meilleure Suisse.

Le favori Mathias Flückiger est parti en solo dès le début de course pour forcer ses adversaires à sortir de la défensive. Mais il s’est pris à son propre piège sur le parcours de 95 km de long et 4000 m de dénivelé. Le spécialiste de XC a été rejoint quelques kilomètres plus tard et c’est une nouvelle course qui a recommencé. Finalement, le vainqueur de la première manche de la coupe du monde XC 2010 a payé de ses efforts dans la première partie de course et a reculé au final jusqu’à la 15e place.

Son frère Lukas Flückiger a suivi une trajectoire opposée. Pénalisé par son placement sur la ligne de départ, il a dû se battre pour revenir sur les premiers et a encore souffert d’un problème technique à une roue, qui a pris du temps et de l’énergie à réparer. Lorsque les spécialistes du marathon Leonardo Paez, Kristian Hynek et Samule Porro ont lancé les hostilités dans les 20 derniers kilomètres, l’aîné des deux frères Flückiger n’avait pas non plus la force de lutter.

Lukas Flückiger, meilleur Suisse

Leomardo Paez a finalement réussi à se démarquer de ses derniers compagnons dans la dernière montée avant la ligne d’arrivée pour devenir le premier Colombien à remporter le Championnat du Monde de Bike Marathon. « C’était une course extrêmement mouvementée au début « , a dit Paez, qui avait déjà remporté trois médailles de bronze et une d’argent aux championnats du monde de marathon dans le passé. Pour le jeune homme de 37 ans deux facteurs ont été critiques dans sa victoire. Premièrement, il a opté pour un fully. Moins performant dans les montées, l’avantage s’est avéré prépondérant dans les descentes. Et deuxièmement, comme il savait que le parcours était très exigeant au niveau technique, il a beaucoup travaillé pour améliorer cet aspect tout au long de la saison.

Le nouveau Champion du Monde, le premier colombien de l’histoire!

Le Tschèque Kristian Hynek, deuxième à moins de 30 seconde était visiblement déçu : « Quand on est si près du titre, il faut forcément un peu de temps pour accepter le résultat. J’ai tout donné. Mais ce n’était pas assez. » Le résultat a été particulièrement amer pour le spécialiste du marathon Urs Huber, qui restait sur sept victoires en autant de weekends avant ces championnats du monde. Après avoir réussi à se maintenir dans le groupe de tête au début, il a également perdu ses forces et a finalement dû se contenter de la 14ème place.

Les Romands pas non plus à la fête

Habitué à mieux tout au long de la saison, les romands sont également resté en retrait. Emilien Barben, le meilleurs d’entre eux a terminé à la 52ème place. Parti fort, le Fribourgeois du Team Papival Bergamont a connu un premier problème technique avec une crevaison dans la première descente. Il a ensuite connu plusieurs passages à vide, jusque dans la toute dernière partie de course, ou il a pu revenir sur de nombreux coureurs. Une fois la ligne d’arrivée franchie, et perclu de crampes, il se montrait tout de même satisfait : « après avoir longtemps pensé à abandonner, je suis finalement très satisfait d’avoir pu arriver au bout sur un parcours très difficile, et d’accrocher mon deuxième meilleur résultat dans un championnat du monde. » Il termine juste devant Arnaud Rapillard, également satisfait d’être arrivé au bout et à une place tout à fait satisfaisante : « Le niveau est incroyable sur ces championnats du monde. J’ai fait une course solide, même si j’ai un peu craqué dans la montée finale. C’est forcément une super expérience de pouvoir être de la partie à domicile.  » Adrien Chenaux, qui visait un top 40, a été au final contraint à l’abandon. « Dès l’échauffement j’ai senti que je n’avais pas de bonnes jambes. J’ai tout tenté dans la première partie de course, mais au final ça n’allait pas et j’ai préféré mettre un terme à ma course. C’est un peu frustrant après une saison où tout s’est bien passé, mais il y a des jours comme ça. « 

Arnaud Rapillard et Emeric Turcat à l’arrivée

Pauline Ferrand-Prévot domine les débats

Chez les femmes, la championne du monde cross-country en titre, Pauline Ferrand-Prévot a mené la course de bout en bout. Après avoir remporté le titre de championne du monde sur route, en cyclocross et en cross-country, la Française est désormais également championne du monde sur marathon:  » Je tenais à être devant au départ pour bénéficier au maximum de mes qualités de descendeuse. J’ai toujours été sous la menace de mes concurrentes, mais au final ça a suffi. » Si tout le monde voyait la française s’imposer avec facilité, tout n’était pas écrit d’avance: « C’était mes premiers championnats sur marathon et je me lancais un peu dans l’inconnue. Je ne savais pas comment j’allais pouvoir gérer la distance, la nutrition, etc. Au final je suis super contente, même si ça a été la course la plus dure de ma vie. »

La française a tout donné sur les 70km du parcours

Chez les femmes, la championne du monde cross-country en titre, Pauline La Slovène Blaza Pintaric a terminé deuxième devant la Sud-africaine Robyn de Grood, qui a battu au sprint l’allemande Morath pour la troisième place. Du côté suisse, la meilleure performance est à mettre au compte d’ Ilona Chavaillaz qui réalise une superbe course pour finir en huitième position : « Terminer mes premiers championnats du monde avec un top 10 et finir meilleure Suissesse, c’est une magnifique surprise. Ça couronne une saison où j’étais en excellente forme du début à la fin ». Esther Süss a dû se contenter de la 13ème place, Ariane Lüthi de la 15ème. La valaisanne Florence Darbellay termine juste derrière, au 19ème rang.

Ilona Chavaillaz signe la plus belle perf suisse de la journée

Tous les résultats sur
https://www.bike-graechen.ch/Zeitmessung.php#2_CA7F4D

69217549_681735175571768_4245879955860226048_o

Les espoirs de médailles suisses aux Championnats du Monde

Grächen vivra au rythme des championnats du Monde VTT marathon ce weekend. Et même si les champions du monde en titre Avancini et Langvad ne seront pas présents, quelques stars du cross-country seront de la partie pour rendre la tâche plus ardue aux spécialiste de la discipline. Du côté suisse, la bonne surprise pourrait venir du côté de Matthias Flückiger, vainqueur cette année en coupe du monde XC, ou d’Urs Huber, qui reste sur une série impressionnante de victoires sur course marathon. Chez les dames, la française Pauline Ferrand-Prévot sera ultra favorite alors que la championne suisse en titre Ariane Lüthi tentera de tirer son épingle du jeu.

Ils seront finalement 182 hommes et 81 femmes en provenance de 34 nations à participer aux championnats du monde de VTT Marathon à Grächen, les deuxièmes de l’histoire à se dérouler en Suisse après l’édition inaugurale qui avait eu lieu à Lugano en 2003. Au programme, 90km et 3600m de dénivellé pour les hommes et 70km pour les femmes. Avec 48 athlètes sélectionnés, la Suisse sera la deuxième nation la mieux représentée derrière l’Allemagne, qui sera présente avec 57 coureurs. Comme d’habitude quelques coureurs XC de tout premier plan seront présents, et en l’absence d’Avancini, Fumic ou Marotte, leur meilleur représentant risque bien d’être le Suisse Matthias Flückiger. Devant son public, il y a fort à parier que le coureur du Team Thömus, dirigé par Ralf Näf qui avait lui-même conquis le titre mondial de la discipline en 2006, compte faire mieux que l’année dernière, où il avait échoué au pied du podium. Et en faisant l’impasse sur la dernière coupe du monde XC aux Etats-Unis, Flückiger a confirmé qu’il tenait à se préparer au mieux pour cette échéance. Il aura face à lui une forte concurrence de la part des pures spécialistes de la discipline, à commencer par le colombien Paez, plusieurs fois médaillé mais jamais titré, du Portugais Tiago Ferreira, champion d’Europe en titre ou encore l’Italien Samuele Porro qui fait également faire partie des favoris.

Un geste que Matthias espére répéter à Grächen…

Une troisième victoire en Valais pour Huber?

Cette course sera forcément un peu spéciale pour Urs Huber, qui noue une relation privilégiée avec le Valais. Ambassadeur du Grand Raid BCVs, il n’a pas non plus manqué une seule édition du Raid Evolénard depuis sa première participation en 2015. Venu deux fois en Valais cette année pour autant de victoires, il espère forcément frapper un gros coup ce weekend à Grächen. Et si il y a un coureur en pleine confiance actuellement c’est bien lui. Vainqueur de 7 courses en autant de weekends, l’Argoviens a notamment remporté un cinquième titre de champion suisse, une nouvelle victoire au classement général de l’Alpine Bike Cup et à la Bike Marathon Classics. Autant dire un carton plein par rapport aux objectifs qu’il s’est fixé jusque-là en cette fin de saison. Reste à savoir si le leader du Team Bulls aura la fraicheur nécessaire face à des coureurs qui se sont préparés spécifiquement pour l’évènement.


Jamais deux sans trois pour Urs?

Des Romands en nombre au départ

Les Valaisans Arnaud Rapillard, Gilles Mottiez et Fabien Monnier, seront également de la partie sur leurs terres. Si pour Rapillard il s’agira probablement de sa dernière participation à des championnats du Monde, pour Mottiez il s’agira d’une grande première. Le Fribourgeois Adrien Chenaux, qui compte accrocher un top 40 risque bien d’être le meilleur romand lors de ces championnats, à moins qu’Emilien Barben ne lui brûle la politesse!

Une passation de pouvoir en vue chez les Valaisans…

Pauline Ferrand-Prévot grande favorite chez les dames

Du côté des dames, les Suissesse partent également avec de belles chances de médailles. Si la championne du monde 2016, Jolanda Neff ne sera pas au départ, on pourra par contre compter sur la présence d’Alexandra Keller, championne du monde U23. Elle a les moyens de briguer une place sur le podium. Ariane Lüthi, qui avait terminé à la 6ème place l’année dernière espère également faire encore mieux cette année, elle qui revient en forme après un saison compliquée. Esther Süss, championne 2010 et encore 7ème l’année dernière aura également une belle carte à jouer. Florence Darbellay et Ilona Chavaillaz seront là pour défendre au mieux les couleurs romandes. Mais la grande favorite est française et s’appelle Pauline Ferrand-Prévot. Couronnée championne du monde de XC au Canada il y a quelques semaines, elle partira en pleine confiance pour réaliser le doublé !

Pauline Ferrand-Prévot en route pour un doublé

Les départs dames seront donnés à 9h00 alors que les messieurs s’élanceront sur le coup de 10h00. Les courses pourront être suivies en direct sur la page facebook de UCI Mountain Bike

70579251_2339707959613832_7145291388161097728_o

Huber et Lüthi conservent leur titre de champion suisse

Les mauvaises conditions météorologiques, avec notamment de la neige sur le Glaubenberg ont rendu cette 17ème édition de l’O-tour Bike Marathon particulièrement difficile pour les coureurs. Mais Urs Huber et Ariane Lüthi ont malgré tout réussi à défendre leur statut de favoris et ont pu ont défendu avec brio leur titre de champion suisse remporté l’année dernière à Einsiedeln. Les conditions n’ont clairement pas profité aux romands, qui ont abandonné en masse.

Texte et photos : Martin Platter

Ils étaient 680 coureurs à braver les conditions difficiles ce dimanche pour participer à l’O-Tour Bike Marathon, qui servait également de cadre pour les championnats suisses de la discipline. Sur les hauteurs de Langis, c’était même des flocons de neige qui ont accueilli les coureurs, entraînant plusieurs cas d’hypothermie. Cette météo inhospitalière n’a clairement pas joué en faveur de Martin Fanger, le régional de l’étape et candidat au podium. Le coureur de Kerns avait déjà perdu quasiment toutes ses chances dans la première ascension vers Richmettlen, en perdant déjà le contact avec le groupe de tête. Dans la descente qui ramenait les coureurs pour un premier passage sur la ligne d’arrivée à Alpnach, il avait les doigts si gelés qu’il a même pensé à abandonner. Fanger a finalement atteint la ligne d’arrivée en 13ème position à plus de 17 minutes des premiers. Les romands, qui espéraient briller lors de cette course, n’auront pas été si loin et ils ont été nombreux à abandonner. A commencer par Chenaux, qui sortait d’une excellente course lors du Grand Raid BCVs et qui avait pris le temps de se reposer pour aborder au mieux cette course. Transit de froid sur les hauts de Langis, le Fribourgeois a du se résoudre à l’abandon, tout comme Arnaud Rapillard et Emilien Barben. Du coup le meilleur romand est Anthony Grand.

Le tenant du titre, Urs Huber, a également dû se battre contre le froid. Néanmoins, avec le vainqueur de l’an dernier Hansueli Stauffer et le Sud-Africain Philip Buys, il a réussi à se démarquer des autres dans la montée vers Richmettlen. Le passage dans la neige aura été fatal à Buys, victime du froid, qui a dû se résoudre à abandonner après Langis. Les deux coéquipiers Huber et Stauffer ont de leur côté pu maintenir leur rythme jusqu’à l’arrivée, où Huber s’est finalement imposé avec une vingtaine de seconde d’avance sur Stauffer pour remporter son cinquième titre national. Pour Stauffer il s’agissait de sa quatrième deuxième place dans un championnat suisse. La lutte pour la médaille de bronze est restée passionnante jusqu’à la fin. Dans la dernière montée vers l’Ächerlipass, le nouveau venu Michael Stünzi semblait être en mesure d’accrocher cette troisième place, mais l’Australo-Suisse de 21 ans, Casey South, lui a finalement brûler la politesse pour s’emparer in extremis de la dernière place sur le podium.

« Ces conditions m’ont rappelé ma première victoire au National Park Bike Marathon en 2011, lorsque la course a dû être neutralisée à cause de la neige sur le col Chaschauna « , a déclaré Huber à l’arrivée. Une nouvelle victoire qui le satisfaisait pleinement et qui lui permet de remporter également le classement général de la Bike Marathon Classics, après avoir remporter les cinq premières manches de la série. « Bien sûr, j’étais le favori. Mais dans de telles conditions, rien n’est acquis. » Stauffer ne pouvait pas cacher une certaine déception, mais devait toutefois admettre qu’Huber était clairement le plus fort aujourd’hui. « Sur de longues distances, nous avons travaillé ensemble. Comme le titre était en jeu, on n’a rien risqué en descente. » a expliqué Stauffer en dévoilant sa tactique. Il ajoutait: « Après une saison difficile, marquée par les ennuis techniques, cette médaille d’argent vaut de l’or pour moi ». Comme Fanger, Casey South a dû laisser partir le groupe de tête dans la première montée :  » Je suis ensuite tombé jusqu’à la 15e place. Mais je ne me suis pas laissé aller dans ces moments difficiles et ensuite j’ai pu commencer à rattraper les autres coureurs. Le fait que j’aie pu terminer troisième sur le col d’Ächerlipass m’a surpris et m’a mis dans une position idéale pour tout donner jusqu’à la ligne d’arrivée. »

Dans la course féminine, la lettone Katazina Sosna, a remporté l’O-Tour une semaine après s’être imposée lors du National Park bike Marathon. Le duel pour le titre de championne suisse a été remporté par Ariane Lüthi, deuxième de l’épreuve; il s’agit déjà du quatrième titre pour la Thounoise. Après une saison plutôt ratée où elle a même songé à mettre un terme à sa carrière, elle a laissé couler ses larmes à l’arrivée. Esther Süss a remporté la médaille d’argent devant Andrea Ming d’Edlibach. La Romande Florence Darbellay a abandonné la course en raison du froid. Le semi-marathon a été remporté par la championne du monde junior de cross-country Jacqueline Schneebeli de Hauptikon et la course masculine par Livio Camenzind de Schwyz, qui n’a également que 18 ans.

O-Tour Bike-Marathon, am Sonntag, 9. September 2018 in Alpnach.
Foto Martin Platter

Urs Huber en route pour un cinquième titre de champion suisse

L’O-Tour Bike Marathon ce dimanche fera office à la fois de championnat suisse et de dernier test en vue des championnats du monde en Valais. De nombreux coureurs de haut niveau seront donc présents sur la ligne de départ, et le régional de l’étape, Martin Fanger d’Obwald vise au mieux une troisième place. Le champion suisse en titre, Urs Huber sera le grand favori d’une course au cours de laquelle il tentera de défendre victorieusement son titre pour la première fois. Chez les dames le duel mettra aux prises Ariane Lüthi et Esther Süss.

Texte et photos : Martin Platter

Urs Huber, l’homme en forme du moment, passe ces jours plus de temps dans sa plantation de pommiers à Jonen, en Argovie que sur son VTT. La récolte arrive bientôt. Pour l’agriculteur et quadruple champion suisse de VTT marathon, le travail sur les arbres fruitiers constitue l’équilibre parfait avec son activité sportive, où le jeune homme de 34 ans reste sur une série de victoires sans précédent. Tout a pourtant commencé sur une grosse déception. Lors de la Bike-Transalp, un ennui technique lors de la dernière étape l’a privé d’une victoire qui semblait acquise. Mais à peine une semaine plus tard, Huber renaîssait de ses cendres tel un phénix pour entamer un cycle de victoires hebdomadaires : marathon M3 au Montafon, l’Ischgl Ironbike, l’Eiger Bike Challenge, le Grand Raid BCVs et le National Park Bike Marathon. Huber n’est donc pas seulement au top physiquement, mais aussi mentalement. Dans ces conditions, il fait logiquement figure de grand favori pour l’O-Tour, et il ne s’en cache pas : « Je suis le détenteur du titre national. Vous pouvez vous attendre à la victoire là-bas. » L’année dernière, seul un défaut dans la descente du col d’Ächerlipass a pu l’empêcher de remporter une quatrième victoire à Alpnach. Cette mésaventure avait permis  à Hansueli Stauffer de remporter sa première victoire lors de l’O-Tour alors que Martin Fanger avait pris la troisième place.

De magnifiques paysages attendent de nouveau les coureurs du côté d’Alpnach.

L’Obwaldien, qui vit à Genève, s’est préparé intensivement pour mettre toutes les chances de son côté en vue de cette bagarre pour le titre de champion suisse de marathon et a changé son entraînement, généralement plutôt axé sur le cross-country:  » Je suis très satisfait du déroulement de ma préparation. La victoire en Coupe de France en Bretagne il y a à peine trois semaines a été bonne pour la confiance « . Il s’est entraîné spécialement pour pouvoir survivre sur de longues distances. Côté matériel, Fanger est également au clair. L’année dernière, lors du tour de 86 km sur les hauteurs d’Alpnach, il avait encore opté pour un VTT tout suspendu. Cela aurait dû lui donner un avantage, surtout en descente. Mais le poids plus élevé que celui d’un vélo hardtail l’a pénalisé en montée. C’est pourquoi cette fois-ci, il prend aussi un semi-rigide comme ses concurrents. Cependant, il n’ose pas rêver de victoire. Huber et Stauffer sont de sérieux adversaires, comme il l’avait déjà remarqué au cours des deux années précédentes. « Je m’attends à une troisième place au mieux », estime Fanger.

Une victoire dimanche représenterait un cinquième titre pour Urs Huber

Outre Huber, le vice-champion suisse Stauffer, Fanger, Marc Stutzmann, vainqueur de l’O-Tour 2017, son coéquipier et nouveau venu Michael Stünzi, ainsi qu’Andreas Moser, devraient également être aux avant-postes. On ne sait pas comment Konny Looser s’en sortira. Le champion suisse 2017 est de nouveau aux prises avec un problème d’artère fémorale. Il est probable qu’il y aura une course dans la course pour le championnat suisse, et des étrangers de premier plan, comme le Belge Frans Claes ou l’Italien Riccadro Chiarini joueront également les premiers rôles. Casey South, qui participera pour la première fois à l’O-Tour, sera également à suivre de près. Il y a deux semaines, le Suisse-Australien de 21 ans et son coéquipier Noah Blöchlinger ont créé la surprise en terminant deuxième du Swiss Epic, laissant derrière eux des spécialistes des longues distances de renom.

Chez les dames, Ariane Lüthi espère bien défendre sont titre!

Du côté des dames, la course mettra au prise la septuple championne suisse Esther Süss et Ariane Lühtli, qui a remporté le titre à trois reprises jusqu’à présent. Les autres candidates aux médailles sont la Romande Florence Darbellay et Andrea Ming d’Edlibach. On verra dimanche si elles seront en mesure de prendre l’avantage sur Katazina Sosna de Lituanie, qui a gagné le National Park Bike Marathon il y a une semaine.

Nationalpark Bike-Marathon, am Samstag 31. August 2019 in Scuol.
Foto Martin Platter

Nouvelle victoire pour Huber qui égale Buchli sur la National Park Bike Marathon

Une fois de plus, tout s’est joué au sprint lors du National Park Bike Marathon. Et dans cet excercice, le champion suisse Urs Huber n’a laissé aucune chance au champion d’Autriche Daniel Geismayr. L’ancien champion allemand Markus Kaufmann prend la troisième place devant le champion italien Samuele Porro. Chez les femmes, la Lettone Katazina Sosna, s’est imposée avec une belle marge face aux deux premières de la dernière édition, Esther Süss et Andrea Ming.

Texte et photos : Martin Platter

Les meilleurs coureurs se sont livrés une magnifique bataille le long des 137km de course dans le parc national, et une fois de plus, le Chaschaunapass et ses 2700m d’altitude a parfaitement joué son rôle de juge de paix. Avant ça, plusieurs escarmouches ont eu lieu, mais ont été facilement contrées. C’est tout d’abord Michael Stünzi qui a tenté de s’échapper dans la descente de Costainas : « J’aime descendre, alors j’ai tenté ma chance », expliquait le jeune coureur grison à l’arrivée.

Mais Stünzi s’est vite rendu compte qu’il n’était pas dans un bon jour :  » Mes jambes me faisaient déjà mal dans la vallée du Münstertal. Lors de l’ascension vers Döss Radond, le coureur de Prättigau a explosé lorsque Geismayr a accéléré. Sous l’impulsion de l’Autrichien, un groupe de tête de quatre coureurs s’est formé avec Urs Huber, le vainqueur de l’an dernier Simon Stiebjahn et Samuele Porro, suivi à quelques secondes par Markus Kaufmann et Marc Stutzmann, vice-champion de l’an dernier.

Mais Stünzi s’est vite rendu compte qu’il n’était pas dans un bon jour :  » Mes jambes me faisaient déjà mal dans la vallée du Münstertal. Lors de l’ascension vers Döss Radond, le coureur de Prättigau a explosé lorsque Geismayr a accéléré. Sous l’impulsion de l’Autrichien, un groupe de tête de quatre coureurs s’est formé avec Urs Huber, le vainqueur de l’an dernier Simon Stiebjahn et Samuele Porro, suivi à quelques secondes par Markus Kaufmann et Marc Stutzmann, vice-champion de l’an dernier.

Huber et Geismayr ont pu gagner du terrain avant d’entrer dans le Val Mora, mais les deux hommes de tête ont adopté une stratégie défensive et se sont rapidement fait rejoindre. Geismayr, Huber, Kaufmann, Stiebjahn, Porro et Stutzmann ont attaqué la Chaschauna ensemble. Les rampes très raides ont permis de faire une selection et Huber a été le premier à atteindre le point culminant, suivi dans l’ordre et à intervalles irréguliers par Geismayr, Kaufmann, Porro, Stiebjahn et Stünzi.

Sur les 25 km jusqu’à Zernez, deux duos se sont finalement formés, avec tout d’abord Huber et Geismayr suivis environ deux minutes plus tard par Kaufmann et Porro,. Sur les 40 derniers kilomètre, ces derniers ont réussi à réduire continuellement leur écart, sans toutefois revenir sur les hommes de tête. Au final chaque duo se sont battu au sprint pour la victoire et pour la médaille de bronze.

Huber se montrait forcément satisfait d’égaler le record de quatre victoires de Buchli, qui avait mis  un terme à sa carrière après un dernier titre de vice-champion Suisse lors du Raid Evolénard 2015. « La longueur de la course a joué en ma faveur » expliquait Huber à l’arrivée. Il a rapidement compris que Geismayr et lui étaient les plus forts. « Nous avons pu lâcher nos adversaires à plusieurs reprises, mais à chaque fois nous avons ralenti pour ménager nos efforts. » Il n’a donc pas non plus du forcer dans la longue montée du Chaschauna : « Je savais que si nous pouvions atteindre l’Engadine ensemble, c’était bon pour le podium. En montant vers Guarda, j’ai testé Geismayr qui a dû me laisser partir un moment. J’ai alors tout misé sur le sprint final. »

Geismayr reconnaissait de son côté qu’il est passé à côté du final:  » Je ne connaissais pas la nouvelle partie qui menait à l’arrivée. J’étais donc une proie facile pour Urs, parce que je ne savais pas combien de temps encore ça allait monter. Mais Huber méritait de gagner, c’était le plus fort aujourd’hui.

« Nous avions toujours le duo de tête en point de mire, mais nous n’avons pas tout donné parce que nous pensions que ça allait revenir plus vite de derrière et qu’on pourrait collaborer pour revenir sur la tête », explique Kaufmann, troisième du classement. L’Allemand se montrait tout de même satisfait de sa troisième place, après une saison qui ne s’était pas déroulée comme il l’avait souhaité jusqu’ici. Mais aujourd’hui, il a pu démontrer qu’il est de nouveau en pleine forme et prêt pour les championnats du monde qui se profilent en Valais.

Au final, Michael Stünzi a terminé à la 17ème place, 42 minutes derrière Urs. Ce n’est pas le résultat qu’il espérait. « J’avais toujours l’œil sur le groupe de tête et je voulais rattraper mon retard dans la deuxième descente, où j’ai malheureusement chuté. « Au-dessus de la Chaschauna, j’allais pratiquement en marche arrière. » Heureusement, il a ensuite pu profiter de l’aspiration de son coéquipier Uwe Hardter en Engadine et après ça a donné le tour.

Katazina Sosna a triomphé dans la course féminine avec une avance de près de douze minutes sur la gagnante de l’an dernier, Esther Süss. « En descente, j’étais clairement plus rapide. Mais dans les montées, Sosna a établi un rythme incroyable. Je n’avais aucune chance », reconnaît Süss, qui relativisait en disant qu’elle n’a pas voulu puiser dans ses réserves en vue du championnat suisse qui aura lieu dans une semaine. Andrea Ming, qui a terminé troisième, était satisfaite de sa performance : « J’ai commencé un peu trop vite et j’ai dû ralentir. Mais sinon, j’ai bien pu gérer la course »

69227715_681735275571758_6588941575408058368_o

Après le Grand Raid BCVs en Valais, place aux Grisons!

Qui peut arrêter la série victorieuse d’Urs Huber? Cette question se pose à nouveau à l’approche du National Park Bike Marathon, qui fera office de répétition générale huit jours avant le championnat suisse de VTT marathon. Vainqueur pour la sixième fois du Grand Raid BCVs le weekend dernier, Urs Huber fait plus que jamais figure de favori. Chez les dames, Esther Süss a de nouveau de fortes chances de s’imposer

Texte et photos : Martin Platter

Après deux saisons marquées par les ennuis physiques, Urs Huber est à nouveau dans une forme étincelante, et en profite pleinement. Samedi dernier, le quadruple champion suisse de VTT marathon est devenu le premier coureur à remporter six fois le Grand Raid BCVs en Valais, le plus ancien marathon VTT du monde. Deux semaines plus tôt, Huber avait franchi la ligne d’arrivée pour la septième fois en tant que vainqueur de l’Eiger Bike Challenge à Grindelwald, un nouveau record. Sur la Bike Marathon Classics, dont fait partie le National Park Bike Marathon, le coureur de 34 ans reste invaincu après les trois manches initiales.

Urs Huber devant Alban Lakata, c’était en 2016, lors du dernier sacre du Zurichois sur la National Parc Bike Marathon

Sur le National Park Bike Marathon, cependant, le coureur de Mettmenstetten n’a remporté que trois victoires jusqu’à présent. Ceci s’explique en partie pas le fait que la plus longue compétition de la série nationale de marathons, avec 137 kilomètres, a toujours attiré un nombre de coureurs étrangers de haut niveau supérieur à la moyenne. Cette année ne fera pas exception à la règle. Une attention particulière devrait être accordée aux coureurs de l’équipe Texpa Simplon avec Marc Stutzmann (Rüfenacht b. Bern), deuxième de la dernière édition, l’Allemand Markus Kaufmann ainsi que Michael Stünzi, le coureur des Grisons qui monte en puissance cette saison. Stutzmann et Stünzi, qui ont terminé troisièmes la semaine dernière au Swiss Epic dans les Grisons, sont également deuxièmes et troisièmes au classement intermédiaire du Bike Marathon Classics derrière le leader Huber.

Urs Huber, solide leader de la Bike Marathon Classics après trois des cinq épreuves de la série

Mais Huber ne sera pas seul non plus. Avec ses coéquipiers de l’équipe Bulls, Hansueli Stauffer, qui a terminé troisième sur l’Eiger Bike, et le vainqueur de l’an dernier Simon Stiebjahn (De), il peut compter sur deux camarades d’armes endurants et expérimentés en cas de problème technique ou d’échappée. Mattia Longa de Livigno, troisième l’an dernier, Andreas Moser d’Oberaargau et les deux coureurs du team BiXS Konny Looser et Oliver Zurbrügg ainsi que l’Allemand Sascha Weber, toujours parmi les dix premiers lors des dernières compétitions, devraient encore faire un bon résultat.

Esther Süss, la leader invaincue de la Bike Marathon Classics, sera la femme à battre sur l’épreuve féminine. Comme Huber, l’Argovienne n’a remporté la course dans le Parc National que trois fois: en 2018, 2008 et 2007 ; Andrea Ming et Franziska Brun peuvent également viser une place sur le podium, surtout en l’absence de Maria Cristiana Nisi, l’adversaire la plus sérieuse de Süss, qui ne pourra pas prendre le départ en raison d’une affaire de dopage en cours. Ce n’est pas la seule mauvaise nouvelle qui touche le circuit VTT marathon ces temps. L’Autrichienne Christina Kollmann-Forstner a été suspendue pendant quatre ans à la suite de l’opération « Aderlass ». Tous les résultats obtenus depuis novembre 2016 lui ont été retirés et donc aussi la troisième place que l’ancienne championne d’Europe avait obtenue lors du National Park Bike Marathon 2017.

Esther Süss espère également s’imposer à nouveau après sa victoire lors de l’Eiger Bike Challenge

La nouvelle arrivée mise en place l’année dernière, où toutes les catégories avaient emprunté les 47 km de l’itinéraire « Putèr » en raison de la situation météorologique incertaine, sera maintenue. Elle traverse à nouveau le vieux centre du village de Scuol Sot, avant une montée courte et raide jusqu’à l’arrivée. Avec la nouvelle dernière ligne droite, les organisateurs tiennent compte du fait que, ces dernières années, la course s’est souvent jouée au sprint, même sur la plus longue distance. Le pont Gurlaina est réservé aux piétons.

Foto Martin Platter

Le programme complet du Raid Evolénard vient de sortir

Le programme du Raid Evolénard est finalement disponible en version pdf! Vous y retrouverez toutes les informations relatives à la 23ème édition et en particulier le grand changement de cette année, à savoir le déplacement de l’arrivée dans le cadre de l’Hérens Arena. Vous y retrouverez aussi la description de nos deux courses dans la course, le Grand Prix Bergamont et le Grand Prix Garmin! Bonne lecture!

sirop

Les bons Sirops Morand, nouveau partenaire du Raid Evolénard

Les Sirops Morand, c’est l’entreprise valaisanne par excellence. Etablie à Martigny depuis 130 ans, la maison Morand s’est imposée auprès d’un large public grâce à la qualité de ses produits. Sous la houlette de son nouveau directeur, Fabrice Haenni, les Sirops Morand se profilent de plus en plus auprès de la relève VTT en Valais, tout d’abord en tant que partenaire du Raidy, la fameuse course enfant du Grand-Raid-BCVs, puis depuis cette année en tant que sponsor du Fun-Park et du coaching day du Raid Evolénard

Depuis plusieurs années, le Raid Evolénard propose aux amateurs de VTT en herbe de se frotter aux champions. Au début, le but était de permettre aux jeunes de découvrir leur parcours la veille de la course. Cette année le but sera plus ambitieux puisque l’idée sera de proposer aux enfants des exercices techniques, afin de leur permettre d’apprendre directement avec les experts de la discipline. Dans ce cadre, un fun-park sera mis sur pied pendant tout le weekend et un nouveau partenaire a été trouvé pour mettre le concept en place!

De nombreux champions seront à nouveau de la partie pour le plus grand plaisir des enfants

Et ce partenaire n’est autre que « les Sirops Morand », qui avait à coeur de soutenir à nouveau une action en faveur des jeunes et qui a été entousiasmé par le projet!

Les enfants de 5 à 14 ans n’auront donc pas uniquement la possibilité de parfaire leur technique, mais ils pourront également découvrir les dernières saveurs des « Sirops Morand », qui mettront à disposition le ravitaillement le samedi après-midi!

Un ravitaillement de qualité « made in Valais » pour les jeunes le samedi 15 juin!

Et avec plus de 40 sirops de fruits ou d’arôme, c’est pas le choix qui manquera! Entre les recettes traditionnelles, grenadine, citronnelle, fleur d’oranger-capillaire, qui fleurent bon la nostalgie d’une enfance retrouvée ou les sirops d’abricots et poires qui mettent en valeur la saveur exceptionnelle des fruits du Valais, tout le monde devrait y trouver son compte. Et pour couronner le tout, un participant au Raid Evolénard aura la chance de tester ses saveurs favorites, puisque le prochain prix mis au concours par le Raid Evolénars est un bon de 200.- à faire valoir sur le shop en ligne des Sirops Morand!

un vaste choix pour notre prochain gagnant!
DSC6708-1024x684

Nouvel « Horizonte » pour Christoph Sauser

Jamais à court d’idées et toujours avec le même soucis d’excellence, Christoph Sauser se lance un nouveau défi. Après avoir mis un terme définitif à sa carrière après le Cape Epic 2017, Christoph Sauser avait toujours gardé un pied dans le vélo, en étant ambassadeur pour Specialized, coach pour des coureurs de coupe du monde comme Sam Gaze, et en prenant toujours part à de nombreuses courses. Sa nouvelle activité le fait définitivement sortir de sa zone de confort, puisqu’il se lance dans la torréfaction de café, avec sa nouvelle marque, Horizonte coffee roaster. Histoire d’une passion:

Comme on pouvait s’en douter, tout a commencé par une course de vélo… Lorsque Christoph Sauser s’est retrouvé pour la première fois en Colombie, c’était pour participer à une course de VTT par étape. L’aventure cycliste s’est avérée sublime, mais la culture locale du café était encore meilleure ce qui a particulièrement impressionné Sauser, qui non seulement apprécie le café, mais est prêt à se donner beaucoup de mal pour être sûr d’avoir accès au meilleur produit possible.

Une histoire qui a débuté en Colombie

De retour en Suisse, le riche héritage du café que Sauser avait entrevu en Colombie a commencé à stimuler son imagination. Il a acheté une machine à café d’occasion et s’est lancé dans cette mission personnelle (si familière aux amateurs de café de partout) de créer l’espresso parfait. Mais ce n’est qu’à un carrefour de sa vie professionnelle que Sauser s’est rendu compte à quel point sa passion pour le café l’avait déjà conduit loin.

Poussé par la curiosité et inspiré par cette première rencontre avec le café colombien, Sauser était maintenant tellement pris par les saisons intemporelles et les rituels quotidiens de la production et de la préparation du café qu’il était devenu logique pour lui d’en faire désormais sa profession.

L’Afrique est désromais plus qu’une histoire de VTT pour Sauser

En compagnie de deux associés, il fonde alors Horizonte Coffee Roasters, qui ferme le cercle qui lie le buveur de café au caféiculteur. Ensemble, ils transforment une ancienne boulangerie à Leysin, y installent un torréfacteur et mettent sur pied des partenariats avec des producteurs de café aussi bien en Colombie qu’en Afrique. le but est simple, pouvoir directement interagir avec le producteur, garantir une qualité optimale des graines pour pouvoir mettre au point des produits d’excellente facture tout en accordant une priorité absolue à la durabilité des cultures de café.

Un lien très direct entre le producteur et le torréfacteur!

Et le résultat ne s’est pas fait attendre. Neuf mois après avoir reçu le premier sac de café, Horizonte Coffee Roasters va mettre en vente ses sept premiers produits d’ici la fin du mois. De l’espresso colombien « Traditional » au kenyan « Rival » en passant par le mélange « Dual », le chocolaté « Total » ou le foncé « Leal », tous les amateurs éclairés de café devraient y trouver leur bonheur! Et à nouveau, un participant au Raid Evolénard un brin chanceux va pouvoir tester ces produits très bientôt, puisque le prochain prix de notre concours sera offert par Horizonte Coffee Roasters et sera un pack de 3kg de café, t-shirt, chaussettes et casquette, remis en personne lors du Raid Evolénard!

7 produits à dévouvrir d’ici la fin du mois et en cliquant sur l’image!
42457274224_ed57ddb11c_o

Sils-Maria, la destination estivale de BikeHoliday

On connaissait déjà les séjours VTT organisés par BikeHoliday à partir du Giverola Resort, à une centaine de kilomètres de Barcelone. Au moment où sa marque faîtière vient d’être rebaptisée « Arenas The Resort », on découvre une autre de ses offres sportives, les camps VTT mis sur pied dans la haute Engadine. Partenaire depuis trois ans du Raid Evolénard, BikeHoliday offre cette semaine un bon pour participer à un de ces séjours, d’une valeur de 500.-.

Au printemps dernier, une équipe du Raid Evolénard avait pu découvrir les offres sportives de BikeHoliday, en prenant part à un séjour au Giverola Resort. L’expérience s’était parfaitement déroulée, et nous avait permis de découvrir une région qui se prête magnifiquement bien à la pratique du VTT. La présence de coureurs chevronnés comme les frère Chenaux ou Lars Schnyder pour nous guider sur ces sentiers tout en nous donnant de nombreux conseils technique nous avaient permis de profiter au maximum de ce séjour, et nous avait convaincu de l’intérêt de ce type de camp d’entraînement pour débuter de manière optimale la saison VTT.

C’est donc forcément avec beaucoup d’enthousiasme que nous vous présentons une autre offre de BikeHoliday, d’autant plus qu’un des participants au Raid Evolénard sera tiré au sort dimanche 24 mars pour remporter un de ces séjours. Au programme, un peu moins d’exotisme, puisque ces camps n’ont pas lieu en bord de mer, mais en Suisse, dans les Grisons, au mois de juillet. Le terrain de jeu n’aura par contre pas grand-chose à envier à la Costa Brava. Ces séjours auront en effet lieu dans la Haute Engadine, paradis connu et reconnu pour les amateurs de VTT. La Swiss Epic n’a pas déménagé dans les Grisons sans raison… Plus de 400km de parcours VTT balisés, avec aussi bien des pistes de descente aménagée que des chemins forestiers ou des single trails parfaitement entretenus, le tout entre 1800 et 3150m d’altitude. De quoi s’amuser et transpirer tout en profitant de paysages magnifiques !

Fort de ses vingt ans d’expérience dans le domaine, BikeHoliday a tout prévu, et entre les sorties, les participants auront tout loisir de récupérer dans l’espace wellness de l’Arenas Resort Schweizerhof, avec notamment une piscine intérieure chauffée à 33°C et un bassin extérieur. C’est en effet dans ce complexe hôtelier trois étoiles labellisé « Bike Hotel » par Hôtellerie Suisse, que BikeHoliday a décidé d’établir son camp de base. Situé dans le pittoresque village de Sils-Maria, au bord du Lac de Sils et au pied du domaine de Corvatsch, cet établissement propose tout le nécessaire pour des vacances VTT, avec entre autre un garage à vélos fermé, un atelier de réparation, une station de lavage, une station de location d’E-bikes et même un service de blanchissage gratuit pour les vêtements de sport.

Au programme de ces camps, ce ne sont pas moins de quatre jours de sortie VTT par groupes adapté au niveau des participants. L’encadrement est assuré par des guides expérimentés qui connaissent la région sur le bout des doigts et qui vous permettront de travailler aussi bien la technique que l’endurance tout en profitant au maximum des possibilités offertes dans le secteur!  Et comme BikeHoliday vient également d’intégrer la possibilité de participer à ces séjours en VTT électrique, nul doute que tout le monde trouvera son bonheur !

Exemple type de programme :

 Jour 1

Bases de technique de conduite et retour par des single trails: Vanchera –Alp Prasüra – Las Plattas –Sils Nicole, +400 dén. 35km

Jour 2

Descentes downhill par sur la piste de Corviglia puis– Pass Suvretta – Alp Suvretta

+400 dén. 40km

Jour 3

Excursion journalière longue et variée : Tour Bernina Express Pontresina – Morteratsch – Berninapass –Alp Grüm – Cavaglia – Poschiavo, Berniapass – Pontresina – Sils

+900 dén. 50km

Jour 4

Combinaison de montées abruptes et de descentes techniques en haute montagne : Piz Nair à plus de 3059 mètres

 Information et réservations

BikeHoliday, Arenas Resort Schweizerhof

Via da Fex 1, CH-7514 Sils-Maria

T +41 81 838 58 58

sils-maria@arenasresorts.com

Reservation en ligne ici