Hansueli Stauffer et Ariane Lüthi remportent l’O-Tour

Hansueli Stauffer remporte pour la première fois l’O-Tour-Marathon et devient le nouveau leader de la Bike Marathon Classics. Le favori Urs Huber a été victime d’un ennui technique dans la dernière descente et termine deuxième devant Martin Fanger. Adrien Chenaux termine bon cinquième juste devant Emeric Turcat. La course des femmes a suivi le même schéma et la leader de la série Esther Süss a du s’avouer vaincue par Arianne Lüthi.

Photos et texte Martin Platter

Urs Huber résume bien la situation après avoir franchi la ligne d’arrivée ne deuxième position : " Cette fois-ci, j'ai eu de la malchance et Hansueli en a profité, mais d’habitude c’est lui qui est victime d’ennuis techniques, donc cette victoire est méritée. Il a su router de manière intelligente ". Le classement final avait déjà commencé à prendre forme sur les flancs de Pilatus.  Sous le tempo dicté par Huber, le groupe de tête s’est décomposé dans la montée vers Lütholdsmatt où seuls l'ancien champion belge Frans Claes, Andreas Moser et Hansueli Stauffer ont pu tenir la roue arrière de Huber. Dans la descente de Langis, Frans Claes a été victime d’une crevaison et à du mettre une chambre à air. Suite à cet incident qui lui a coûté quelques minutes, le belge n’aura jamais pu revenir sur le groupe de tête.

Dans les rampes raide menant à l'Ächerlipass, Huber a de nouveau poussé le rythme, contraignant Martin Fanger à le laisser partir. Stauffer de son côté n’a pas essayer de suivre les deux coureurs et à continuer la montée à son rythme, imperturbable, ce qui se sera finalement avéré payant. Une fois de plus Huber a été touché par un coup du sort : une crevaison lente à la roue arrière a forcé le Zurichois à s’arrêter pour regonfler. Stauffer a alors pu prendre la tête pour ne plus la lâcher jusqu'à l'arrivée. Avec cette victoire, il détrône l'ancien leader Adrien Chenaux, qui est arrivé en cinquième position. Les positions sont néanmoins encore très serrées, et le fribourgeois garde encore toutes ses chances de reprendre son maillot lors de la dernière étape. Le Français Emeric Turcat terminait juste derrière, au sixième rang. Une belle performance pour un coureur qui revenait tout juste à la compétition et qui s'est donc rassuré avant les championnats du monde!

"J'ai délibérément attaqué l'Ächerlipass à mon rythme, mais j'ai rapidement pu rattraper Martin Fanger qui avait essayé de suivre Urs Huber et qui payait ses efforts. Quand je l'ai vu devant moi, ça a dopé ma motivation et m’a donné de nouvelles forces. Et finalement j'ai pu rattraper Urs lorsqu’il a dû s'arrêter à cause de la crevaison. Au final j’ai eu beaucoup de chance », déclarait Stauffer, forcément heureux de sa victoire. Huber avoue : " Bien sûr, quatre semaines après ma fracture de la clavicule, je ne voulais pas prendre tous les risques dans la descente de l'Acherlipass. Je suis satisfait de mon résultat." Martin Fanger expliquait son écart dans la première montée par son choix de VTT : " Aujourd'hui, j'ai roulé sur un fully un peu plus lourd que les hardtails de mes concurrents. Ce retard ne m’a pas inquiété et comme prévu, j'ai pu rattraper rapidement mon retard dans les descentes techniquement plus exigeantes." Le jeu s’est ensuite  répété à Ächerli. Huber s'est éloigné et Stauffer a pu le doubler aussi : "Dans cette descente, je n'ai pas pu rattraper l'écart. Avec tous les rochers dans la piste et les gars du petit tour, le risque était trop grand pour que j’aille à fond."

Chez les femmes, Ariane Lüthi se réjouissait de sa deuxième victoire sur  l'O-Tour après 2013 : " Pour moi, il est important de savoir que la forme est bonne en vue du prochain Championnat du Monde de Marathon. Le fait que j'ai pu le confirmer avec la victoire sur l'O-Tour est bien sûr fantastique." Esther Süss a pu prendre la tête dans la montée vers le col de l'Ächerlipass, mais comme Huber, elle a elle aussi été victime d’une crevaison et a du s’arrêter pour gonfler un pneu qui perdait progressivement de l'air. Mais Lüthi a elle aussi connu quelques problème : "J'ai glissé et je suis tombée. La selle s’est tordue, mais j'ai réussi à la réparer à nouveau. Heureusement, ça ne m'a pas pris longtemps." Süss a pris sa défaite avec philosophie : "Mieux vaut les problèmes aujourd'hui que la semaine prochaine aux Championnats du monde de marathon ou la semaine d’après aux Championnats suisses à Einsiedeln." Andrea Ming, qui a terminé troisième, a réussi à bien suivre les deux meilleurs au départ, mais a ensuite perdu la tête dans la montée vers Richmettlen au kilomètre douze. "Le début fut très agréable pour moi. Je croyais qu'ils ne conduisaient pas à pleine capacité. À un moment donné, ils ont changé de rythme. J'ai dû les laisser partir. Les descentes étaient glissantes, donc je n'ai rien risqué," dit Ming.

Résultats:  
Hommes (86 km): 1. Hansueli Stauffer (Sigirswil) 3:46:06. 2. Urs Huber (Mettmenstetten) 1:18. 3. Martin Fanger (Genf) 2:55. 4. Andreas Moser (Madiswil) 7:04. 5. Adrien Chenaux (Fribourg) 7:20. 6. Emeric Turcat (Lausanne) 10:23. 7. Roger Jenni (Jenaz) 11:28. 8. Konny Looser (Hinwil) 12:37. 9. Andreas Kleiber (De) 13:45. 10. Marc Stutzmann (Rüfenacht, BE) 19:25.

Femmes (86 km): 1. Ariane Lüthi (Thun) 4:32:41. 2. Esther Süss (Küttigen) 3:05. 3. Andrea Ming (Neerach) 24:15.  4. Janine Schneider (De) 35:59. 5. Antonia Bünter (Bern) 46:15.

Hommes (45 km): Jeremias Marti (Gettnau) 2:04:36. 2. Simon Brändli (Zürich) 4:11. 3. Lars Zumstein (Samedan) 6:15. 4. Fardri Barandun (Samedan) 6:17. 5. Stijn Appel (Ho) 7:58. 6. Andreas Plüss (Aarburg) 9:28. 7. Janis Spescha (Chur) 9:38. 8. Silva Kälin (Unteriberg) 9:52. 9. Patrick Zürcher (Oey) 10:21. 10. Hansjürg Brügger (Frutigen) 10:56.

Femmes (45 km): 1. Renata Bucher (Luzern) 2:38:36. 2. Tanja Blickenstorfer (Horgen) 4:21. 3. Alexandra Lehmann (Oey) 6:34. 4. Fabienne Niederberger (La Tour-de-Trême) 8:03. 5. Margrit Abächerli (Erstfeld) 11:17.

 

Posted in Uncategorized.